One Piece Quest

Le meilleur forum RPG One Piece
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant

Aller en bas 
AuteurMessage
Sora Shizen
Vice-Amiral
Vice-Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 26
Localisation : derrière toi!
Fruits du Démon : Yeux Divins
Date d'inscription : 03/05/2009

Feuille de personnage
Expérience:
40/100  (40/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Dim 3 Mai - 19:34


Nom et Prénom :
Sora Shizen

Age :
il fait vingt ans alors qu'il en a 27

Race :
humain

Occupation :
Marine (fouteur de merde?)

Alignement :
chaotique neutre

Description Physique :
Si nous prenions quelqu’un au hasard dans la rue, quelqu’un qui croiserait Sora, il ne pourrait tout simplement pas croire que cet homme est un Marine. Il verrait tout d’abord les longs cheveux noirs, lisses et brillant, du genre à voler au vent avec délicatesse, du genre à faire craquer les filles et, pour peu que la personne qui le croise en question sois moche, du genre à donner envie de s’en servir comme serpillière. Sora provoque la jalousie chez certains passants. Pour éviter à présent une description honteusement péjorative, nous prendrons un autre personnage dans la rue, à savoir la jeune fille là-bas, celle qui s’avance prudemment vers lui et qu’il a repéré depuis 5 bonnes minutes. Sora, donc, avait les cheveux fins et souples, d’un noir de jais et descendant en mèches autour de son adorable visage. Ses traits fins et sereins avaient tout pour plaire. Son visage aux pommettes hautes présentait une peau bronzée et halée par le vent marin et la vie au grand air, mais juste ce qu’il faut. Il transpirait la malice sous une fine couche de sagesse. Ses yeux doux était, comme d’habitude, pratiquement fermés et la jeune fille en fleur n’a toujours pas pu capter son regard. C’est dommage, car elle aurait été fascinée par ses yeux, véritables joyaux de couleur de jade, dans lesquels se mélangeaient les reflets blancs et mordorés. Ils constituaient un sujet de jalousie, raison pour laquelle il les ouvrait le moins possible, sauf quand il s’agissait de draguer une fille ou d’interroger un prisonnier. Si cette fille les auraient vus, elle n’aurait pas douté une seule seconde qu’ils étaient son arme, mais n’aurait sûrement pas pu imaginer jusqu'à quel point. N’ayant pas pu capter se regard que je vous décris avec moult poésie depuis maintenant quelques lignes, notre témoin féminine absorba les autres parties de son visage. Elle était fascinée par son sourire, perpétuellement collé à son visage et qui lui donne un léger air roublard. Cette expression, l’accompagnant constamment et l’identifiant plus sûrement qu’une signature savait une signification encore inconnue de ses proches et semble déclarer « je comprends plus de chose que vous ne pouvez l’imaginer ». A cette plus que complète description viens s’ajouter certains tics qui font à la fois son charme et la raison pour laquelle il n’est pas prit au sérieux comme officier de la Marine. Comme par exemple l’exaspérant geste efféminé qu’il fait en cet instant même, qui éloigne ses cheveux désordonnés sur le coté de son visage, avant de passer ses doigts dans les fins fils de jade au niveau de son front. Il a d’autres tics, ou habitudes, mais je me doute bien que vous avez autre choses à faire que lire cela, alors j’arrête dés à présent cette description précise au possible de son visage pour s’intéresser à son corps.

A nu, tout d’abord, ce qui nous choque est l’apparente fragilité que traduit la finesse de ses membres, mais cette impression est vite contredite par la forme extrêmement bien dessinée de ses muscles. Ni trop gros, ni trop imposants. Ce ne sont pas les ballons monstrueux de quelqu’un qui pèse de cents kilos et qui fait trois cent pompes par jour depuis sa plus tendre enfance quand il n’est pas en forme, non, mais leur efficacité n’en est que plus impressionnante. Nerveux et souples, ils traduisent en effet plus une longue praticité des entraînements complexes, comme les simili-combats au sabre contre des feuilles d’automnes, sur une jambe et des poids de cinquante kilos attachés à chaque membre, sauf au plus important. Bien, sûr, vous savez de quel membre je veux parler, lui aussi subit un entraînement important, mais contre des cibles mouvantes uniquement (si tu es mineur, ne cherche pas le sens de cette phrase et passe à la suite). L’entretient et l’amélioration de ses capacités, tant physiques que mentales, font partie des rares choses que Sora prend au sérieux, avec les Sunday fraise et les lettres lui annonçant une Permission. Il en résulte un corps extrêmement agile et puissant, car, plus un muscle est gros, plus le temps de réaction diminue. Comment faire dans ce cas pour augmenter sa force sans diminuer ses réflexes ? Sora a contourné le problème. En réalité, nous n’utilisons qu’environ 10% de notre potentiel musculaire, Sora passe la barre au-dessus. Actuellement, il se situe dans les vingt pour cent, mais il lui arrive de faire beaucoup plus, quand il veut. Son but étant d’atteindre la quintessence de l’art du sabre, au moins, il à un style inimitable et meurtrier, gravé dans sa chair par quelques cicatrices bien placées : le style à cinquante sabres. Comme nous le verrons plus loin, Sora possède deux sabres principaux : un long et un court, mais utilise une espèce de grand sac qui contiens les fourreaux de cinquante sabres, avec les terribles lames dedans. Il est capable d’enchaînements stupéfiants, comme frapper sur une épée, qui en frappe deux à son tour, qui en frappent deux, et au final, c’est dix bonnes épées tourbillonnantes que l’on se doit de parer si on tient à la vie. Mais je laisse l’appréciation de son niveau de bretteur à ses futurs adversaires, il est quand même vêtu, mon ami !

Il porte pour tout vêtement une veste blanche bornée de fil noir par dessus une espèce de chemise sans manches entièrement de jais. Les motifs psychédéliques qui se dessinent sur l’étoffe sont déjà assez perturbant, mais lorsque Sora bouge, le vêtement semble prendre vie, tel un monstre impossible prenant vie sur le corps même de son propriétaire. Les pans de cette même chemise volent au vent et cachent agréablement les deux sabres qu’il porte à sa ceinture du coté gauche, attestant le fait qu’il est, soit droitier, soit très con. Or Sora n’a rien d’un con. Les habits qu’il porte son de bonne qualité et indispensable dans la région ou il est en fonction, à South Blue. Les sabres en question sont en fait de deux tailles différentes. Sora manie en effet un katana et un wazibashi dont la propriété lui revient de droit, dernier héritage de son père adoptif. Ils ont pour nom Yukizora et Higashi no Kaze, diminué en Gashikaze. Ce dernier est le plus grand, son nom pouvant se traduire par « vent de l’Est », il est d’un équilibre et d’une résistance exemplaire. Yukizora, en revanche, se distingue surtout par sa maniabilité, et par la vitesse extraordinaire à laquelle Sora le sort de son fourreau, dont la tranche est découpée au bout, afin d’en faciliter la sortie. Sora étant gaucher, il doit dégainer son sabre de manière peu orthodoxe, mais Sora n’étant ni orthodoxe, ni religieux, il n’a pas de problèmes avec ça.

Il a un air intelligent et espiègle, mais pas méchant. Le genre d’air qu’a ton ami d’enfance le jour de ton mariage. Sa démarche est souple et calme et ses enjambées semblent le propulser doucement en avant sur plusieurs mètres, ce qui donne l’impression de regarder un fauve en chasse, un être souple et puissant, sûr de lui et de ses avances. Il marche plus vite que la plupart des gens et semble se détacher complètement de la foule. D’ailleurs, il se rapproche de notre témoin féminin, qui aurait situé son âge vers la vingtaine, mais s’aperçoit maintenant qu’il est sûrement plus âgé, car moins turbulent que la normale. Ses bras semblent fins, mais un léger geste efféminé pour empêcher ses cheveux de tomber devant son visage, suite à une rafale, révèle des muscles puissants, attestant d’une activité physique régulière. Ses muscles sont durs et fin, privilégiant la vitesse de réaction à la force pure. L’escalade, l’entraînement régulier au sabre ainsi que la continuelle chasse au pirate sont les responsables d’une telle musculature. L’impression de regarder un fauve s’accentua, la jeune fille tremblait sans s’en rendre compte. Soudain, il la dépassa rapidement dans un coup de vent. Elle sentit son parfum, mélange de vanille, de fleurs et… d’alcool ? Cette dernière comprit alors ce que notre ami Sora Shizen tenait dans la main gauche : une bouteille de saké. Si elle était plus observatrice, la jeune fille aurait pu noter son pantalon ample noir, attaché au niveau des chevilles, qui était prolongé par une espèce de longue chaussette de même couleur, ainsi que ses chaussures, des sandales de bois et de corde. Cette tenue pour le moins étrange était en fait la tenue traditionnelle de son île natale, du moins celle où il avait passé son enfance, et où Sora avait appris l’art du sabre. Il la portait donc tous les jours, car ces vêtements étaient bien plus pratiques à porter que les fringues réglementaires que portait la plupart des officiers et qui, selon ses propres paroles, « donnaient l’air d’avoir un balai dans le cul ».


Description Psychologique :

Comme annoncé plus haut, Sora a les idées bien arrêtées sur les habitudes vestimentaires de chacun. C’est bien simple : pour lui, tout le monde à le droit de porter ce qu’il veut, et spécialement lui, mais tout ce qui ne se rapproche pas de ce qu’il porte, de prés ou de loin, présente autant d’intérêt qu’un tutu de danseuse pour un tigre de Bengale : il refusera systématiquement de le porter, allant jusqu'à se défendre violemment et préfèrera sortir à poil. Mise à part cette fixation sur les vêtements, dont nous pouvons retrouver l’origine dans son enfance, mais que nous ne feront pas car je me doute bien que vous vous en foutez, Sora est, comme son nom l’indique, comme le ciel. Il a l’esprit clair et profond, un brin fantaisiste et rêveur mais indéniablement efficace. Il aime se faire passer pour plus bête qu’il n’est et rire la plupart du temps. Il a l’oreille musicale, joue très bien de la flûte traversière et adore ne rien faire, boire du saké ou piquer un roupillon dans un coin à l’insu de ses supérieurs. Malgré son tempérament plutôt flemmard, il est efficace au travail et à une volonté de fer. Quand il décide de faire quelque chose, malgré les apparences il y devient efficace, se lance et trouve toujours des solutions intéressantes aux problèmes. Les rares moments où il est sérieux, il démontre son surnom de « Kami des vents ». Aussi imprécis et dispersé que ceux-ci, il se transforme en véritable tempête lorsqu’il passe à l’attaque. Son sens de l’improvisation n’est cependant apprécié de tous et spécialement de ses supérieurs, qui ont reçu plus de rapport sur les dommages collatéraux, plaintes de tenanciers de bar, et autres paperasse à son sujet en trois mois, que tous ceux concernant les membres en faction à North Blue en six ans. Il parvient cependant à sauver la face à chaque fois et à se sortir de situations plus qu’embarrassantes par un léger tour de passe-passe. Il connaît bien les ficelles de l’administration même s’il n’aime pas les travaux d’intérieur. Le moins que l’on puisse dire à son sujet est qu’il connaît les vertus de l’air pur, les bureaux lui donnant des boutons, des démangeaisons, de brusques bouffées de chaleur et une irrépressible envie de sortir, par exemple pour aller s’allonger sur la pelouse de la falaise du coin, en regardant la mer et, si possible, avec une outre de bon saké à portée de main. Grand buveur, il tient son penchant pour l’alcool de son père adoptif, qui avait l’habitude de compter ainsi : 1 pilier, 2 bars. Concernant les femmes, il n’a pas d’idée particulières, étant plutôt axé sur des aventures courtes (sa dernière à duré deux heures), Sora ne se sent pas particulièrement intéressé par elles, à l’inverse, elles semblent plutôt intéressées par lui. C’est un perfectionniste et un travailleur, du moment qu’il ne s’agit pas de travail de bureau (comme indiqué ci-dessus), il est capable de faire preuve d’une concentration extrême dans l’exercice au sabre et dans son travail, allant jusqu'à se donner des handicaps amusants comme, par exemple : vaincre les pirates qui viennent d’entrer dans le bar sans utiliser tes sabres, uniquement avec les moyens du bord. C'est un excellent joueur de flûte et un épéiste virtuose, qui aime improviser sur le terrain, mais, bien malheureusement, n'aime pas les ordres. Son objectif dans la vie est aussi simple et clair qu'il n'est irréalisable, mais, s'il en a conscience, il n'en montre rien. Se sentant différend depuis son enfance et les expériences qu'il à vécu, il en est arrivé à une seule conclusion: pour obtenir le respect de ses pairs, il sera, avec son anticonformisme aiguë, peut-être un Marine, mais il sera le plus grand!(voir histoire personnelle )


Fruit du démon :
Yokome no mie (voir histoire et prez du fruit après l'histoire)

Techniques de combat :
école shizen, spéciales sora. arcanes de combat aux cinquante sabres , dites "qui mettent les gens au participe passé"

Armes :
les cinquante sabres dans un paquet, Gashikaze le wazibashi (court sabre), Yukizora (long sabre. si mon niveau le permet, il sera recouvert de granit marin)

Inventaire :
(voir armes et physique, il à rien d'autre sur lui à part de l'alcool)

Citation :
"si tu pense que tu peut me tuer, tu peut. si tu pense que te ne peut pas me tuer, tu as raison"

Rêve/But:
devenir le plus grand marine de tous les temps! et accessoirement rentrer vite au port, je commence à être en manque de saké!


Dernière édition par Sora Shizen le Dim 3 Mai - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Shizen
Vice-Amiral
Vice-Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 26
Localisation : derrière toi!
Fruits du Démon : Yeux Divins
Date d'inscription : 03/05/2009

Feuille de personnage
Expérience:
40/100  (40/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Dim 3 Mai - 19:43

Histoire personnelle:

Il y a bien longtemps de cela, presque vingt-six ans, Le vice amiral Dao Shizen poursuivait un pirate sur grand line, lors d'une mission qui durait depuis un long moment déjà. La course s'étaie prolongée et l'avait éloigné bien trop longtemps de son île natale, où l'attendait sa femme. Le vice amiral Dao était une personne qui était décrite comme très habile au sabre, vieillissant, il n'avait pas eu d'enfant avec sa femme, probablement à cause de ses longs voyages. Ils avaient perdu de vue la bateau du pirate depuis une semaine déjà, mais dao ne se risquait pas à des élucubrations: il n'était pas loin, son instinct lui disait. Une nuit où il était allé soulager un besoin naturel pressant à l'arrière du bateau, il repéra un objet flottant non loin, comme un tonneau. La mer était calme et le vent clément, le vice-amiral put donc ramener le tonneau à bord sans trop de difficultés. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il identifia un petit être au fond de ce même tonneau qu'il n'aurait pas vu s'il n'avait pas abusé du rhum la veille. Ici commença l'histoire de Sora Shizen.

L'enfant était âgé d'environ trois ans, mal nourrit, il présentait tous les aspects du naufragé, à ceci prés que la nourriture présent dans le fond du baril ne se justifiait que si "on" l'avait mit là exprès. L'amiral Dao Shizen ne comprit que trop bien ce qui avait dû se passer. Se sentant poursuivit et à cours de rations depuis plusieurs semaines, le capitaine pirate n'avait pu se résoudre qu'a abandonner lâchement son fils avec quelques frugales victuailles, qui n'était, de toute façon, qu'un boulet pour l'équipage. En effet, l'enfant de la brume était aveugle. Le vice-amiral, qui, à jeun comme bourré, était une personne formidable, l'adopta, convaincu que cet enfant abandonné était un don du ciel. Cela faisait environ quatre ans que Dao n'avait pas revu sa femme et en avait plus qu'assez de cette poursuite stérile à la recherche éperdue d'un fantôme dont l'ombre ne semblait lui venir que la nuit, surgissant du brouillard comme une tache, un nuage. Il décréta le lendemain, au grand soulagement de son équipage, un abandon des recherches et qu'ils faisaient à présent voile vers leurs foyers. Il baptisa l'enfant, en remerciement des dieux, Sora, "ciel".


Lors du retour, il apprit beaucoup à Sora, si bien que celui-ci oublia complètement son ancien père, et trouva en le navire de la marine un nouveau foyer. Il apprit des mains mêmes du vice-amiral à diriger un bateau (bien entendu, l'amiral dirigeait pour lui, mais il apprit). Il grandit vite, et apprit tout aussi vite, comme s'il était en manque total de connaissances. Son infirmité ne le gênait outre mesure, car, comme tous les aveugles, il se servait des autres sens pour compenser son absence de vue. L'enfant, désormais la coqueluche de l'équipage entier, et considéré comme le fils du vice-amiral, avait sept ans lorsqu'ils arrivèrent en vue de Rococo Island, leur port d'attache, là ou se situait le quartier général de South Blue, et, accessoirement, la maison de son père adoptif.

Ce dernier, tout émoustillé d'annoncer la nouvelle à sa femme, fit descendre Sora, et le mena dans la grande résidence familiale, qui prenait à présent tout son sens. Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'une autre nouvelle l'attendait. Sa femme lui sauta dans les bras, et après les embrassades tant appréciées des adultes, lui présenta Marc, sept ans, son fils. Ainsi la Providence réserve parfois des bonnes surprises, le vice amiral n'avait pas reçu un enfant, mais deux. Les explications furent longues et compliquées entre le mari et sa femme, tous les deux convaincus de faire le bonheur de l'autre, mais il en ressortit que Mrs Shizen avait eu cet enfant, quelques mois avant son départ, qu'il s'appelait Marc Shizen, et que lui et Sora s'entendait le mieux du monde possible, malgré leurs caractères différents. Lui et sa femme établirent qu'ils ne diraient pas un mot à Sora à propos de sa parenté avant ses dix-huit ans.

Cette précaution fut bien inutile, puisque quelques années après (autorisons-nous une petite ellipse temporelle, de toute façon, il ne se passe rien de très intéressant), il l'apprit, bien par hasard, en allant tout bonnement chercher le pin à la boulangerie du coin. Un discours de commère tenait lieu à l'intérieur, et, ayant une bonne ouïe, Sora l'entendit. Légèrement bouleversé, Sora, âgé alors de dix ans, maintenant, rentra chez lui pour quérir des explications auprès de Madame Shizen Alexandra, mais qu'il appelait simplement "môman". Cependant, les surprises allant toujours par deux dans sa vie, Notre héros ne s'attendait pas à voir sa mère et son frère en retrait derrière son père qui lui semblait sourire. Il lui annonça qu'il avait prit sa retraite, et que, au cours de sa dernière mission, une découverte avait été faite et qu'il l'avait gardée spécialement pour son fils.

Il s'agissait d'un fruit du démon, qui après recherches menées précédemment, s'avéra être le yokome no mie, littéralement "le fruit du regard en coin". Ce n'était pas tant les capacités de ce paramecia que Dao prisait, c'était la chance, aussi infime soit-elle que se fruit puisse rendre la vue à celui qu'il ne voyait plus, depuis longtemps, que comme un fils. Sora, ne sachant que faire, mangea le fruit, mais rien ne se passa. Le père assura que les effets n'étaient pas immédiats, et qu'il faudrait attendre encore un peu. Sora alla dormir, car ces émotions avaient écarté de son esprit les multitudes de questions qu'il se posait. La nuit qu'il passa fut la plus douloureuse de son existence, mais, ne voulant affoler personne, il se tut et pria en silence que ses souffrances cessent.

Le lendemain matin, il se leva, comme d'habitude, et, comme par réflexe, ouvrit les yeux. Ici, c'est le moment ou je lâche une grande tirade poétique très complète prenant tout un paragraphe pour décrire ce que Sora à ressentit à se moment là, mais sa risque d'être mal vu, donc on résumera l'ambiance générale de la famille et ses nouvelles sensations par: il voyait. Son père, le plus fier qu'il ne pourrait l'être, décida en ce jour de lui apprendre le maniement du sabre, ainsi qu’a marc, son frère.

Sora se révéla être un élève incroyablement doué, faisant continuellement des efforts, se perfectionnant, il avait tout pour s'attirer la fierté de son père. Son frère en revanche, travaillait au moins trois fois plus que lui, sans parvenir qu’à se rendre compte du fossé qui les séparait. Sora possédait un talent brut, il était puissant, agile et comprenait tout ce qu'on lui disait instantanément. De plus, il finit par se rendre compte que, non seulement il voyait bien, mais il percevait des choses dont les autres ne se doutaient même pas. Son fruit lui permettait de porter avec précision son regard à une distance stupéfiante, tout en permettant à son possesseur de prendre en compte instantanément tout les détails de son environnement. Pour donner un exemple, le même que celui qu'il utilisa pour montrer ses facultés à ses parents, il était capable de lire cinq histoires superposées, l'une sur l'autre. Tant que les murs n’étaient pas très épais, il était capable de voir au travers de la matière, mais il se garda bien de l'annoncer. A l'âge de ses quinze ans, il n'avait pas encore pu voir l'entière mesure de ses pouvoirs.

A cette époque, son frère, contrairement à ce que l'on pouvait penser, était son meilleur ami. Du point de vue de l'escrime, Sora lui apparaissait comme l'objectif à toujours rechercher. Du point de vue du succès auprès de filles, se fut marc qui dominait largement. Toujours collés ensemble, l'un palliait aux défauts de l'autre. Leurs personnalités étaient pourtant très différentes. Marc était un travailleur acharné, avec un mental de fer et des objectifs précis, alors que Sora était un paresseux, aimait beaucoup rêver, mais n'attendait rien de la vie en particulier.

En permanente compétition amicale, ils se virent grandir, mûrir et prendre des voies différentes. Marc s'engagea dans la marine, Il avait un objectif fort, et une profonde envie de montrer ce dont il était capable. Il n'avait avoué qu'a son frère, les yeux sûrs d'eux, qu'il deviendrait amiral, et que par-delà les mers, on entendrait parler de lui. A la marine, tout le monde ne le voyait que comme "le fils du vice-amiral Dao", et il voulait que cela change. Sora, lui, ouvrit son propre dojo, se servant de ce qu'il faisait le mieux comme manière de vivre. Les deux frères avaient prit des chemins différents, mais chacun était dans le sien. Marc, bien que grand buveur, avait entreprit une grande carrière, même si son niveau au sabre était loin de se rapprocher de celui de Sora. Ce dernier eu, au commencement, un seul élève, à qui il commença à apprendre son art. Lorsqu'il atteignit la vingtaine, ses parents s'endormirent pour l'éternité.

Mrs et Mr Shizen s'éteignirent ensemble, à l'âge de 74 et 76 ans, ce qui était déjà un âge avancé pour l'époque. Leur mort affecta les deux amis, qui continuèrent de l'être, chacun avec leur vie, mais se retrouvant le soir autour d'un verre de saké pour se raconter leur journée. Seulement, les surprises arrivent toujours par deux dans la vie de Sora et, un an plus tard, son frère fut tué. Ce fut apparemment pour une histoire de fille. Il avait bien bu se soir là et, ironie du sort, fut vaincu par le disciple même de Sora. Ce dernier, fou de rage et de chagrin, montra à toute la ville, le surlendemain, ce qu'était son visage en colère. Il ne vainquit pas son disciple, il le découpa en tranches, le lamina, le massacra, rayant de lui-même à tout jamais de la mémoire des hommes, et après bien des souffrances aux termes desquelles il le supplia de l'achever, faisant ainsi démonstration de son art du sabre élaboré de lui-même.

Ce jour-là, il découvrit une autre utilisation de son fruit: son regard était si dense et si profond, qu’il arrivait à capter celui de son adversaire, lequel subissait une sorte d'illusion mineure: l'impression que Sora était toujours là ou il était il y a une seconde, son image profondément imprimé sur sa rétine. Cet intervalle de temps était largement suffisant au sabreur de génie pour expédier dans l'autre monde son adversaire. Il ferma le dojo, pourtant très prisé, à présent, et attendis le jugement de la marine. Celui-ci conduit à un non-lieu, ce qui permit au sabreur, désormais seul descendant de la famille Shizen, lui qui avait été adopté, de se rendre une semaine après sur la tombe de son frère avec son saké préféré.

Il passa la nuit là-bas, partageant un verre de saké avec le marbre, et, au bout d'une trentaine de minutes, ou de trois bouteilles, Sora était cuit. Il lui sembla parler avec l'esprit de son défunt frère, précipité dans la mort à cause de son enseignement. Ce dernier, au lieu de lui en vouloir, voulait plutôt qu'il accomplisse ses volontés. Marc et ses ambitions étaient là, dans le verre de saké posé sur la tombe, dans l'attente d'une personne qui les prendrait un charge. Ce jour là, Sora avait prit sa décision: lui et son défunt frère ne feraient plus qu'un. Il but ce verre. Acceptant par cela de continuer son œuvre. Chaque instant passé sur cette terre, il ne pouvait s'empêcher de voir son frère, de le sentir en lui, parvenant à modifier radicalement son comportement par moment. En mémoire de son frère, et pour peut-être retrouver son père biologique qu'il n'avait pas connu, Sora serait Marine, le plus grand que cette terre ai jamais porté.

[ps : les deux sabres de Sora, il les à hérité de son père adoptif, je n’ai pas eu le temps de la caser, désolé, j’était un peu mort, je finis ça en catastrophe à 22h]


Fruit du démon :

yokome no mie : Yeux Divins. Ce fruit permet à son utilisateur de posséder un regard dépassant l’imagination. Il s’agit d’un pouvoir d’observation. Son possesseur est capable de prendre conscience instantanément de tous les détails qui l’entourent sans pour autant en être désorienté. Il permet, en outre de voir à travers certaines matières, de porter son regard avec une grande précision à la distance respectable de un kilomètre. De par ces capacités, il permet à son possesseur de lire très facilement les mouvements de ses adversaires, qu’ils soient forts ou faibles, ainsi que de repérer les failles dans leurs attaques. Quelque soit l’effet utilisé, une capacité de logia ou autre, Sora ne quittera pas son adversaire des yeux
Seule capacité vraiment active : « les yeux d’obsidienne » : ses yeux semblent faits de cette même matière, veinée de blanc et d’or. Il a en outre un regard si profond, qu’on ne peut pas le quitter des yeux. Son image reste alors imprimée sur la rétine de son assaillant, qui le voit alors se dédoubler une fois ou même plusieurs fois. Etant par nature extrêmement rapide, la technique de Sora est un mélange de vitesse d’exécution impressionnante et d’hypnotisme mineur. En réalité, ses yeux modifient la perception du temps de celui que Sora regarde dans les yeux. Et cela pendant quelques secondes pour l'instant
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Shizen
Vice-Amiral
Vice-Amiral
avatar

Masculin Nombre de messages : 10
Age : 26
Localisation : derrière toi!
Fruits du Démon : Yeux Divins
Date d'inscription : 03/05/2009

Feuille de personnage
Expérience:
40/100  (40/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Dim 3 Mai - 20:15

post RP: (note: dans ce post, Sora est commodore, ne m'en voulez pas)


Cela faisait maintenant bien deux heures que Sora était en planque. S’ennuyant profondément ses derniers jours, il s’était auto-assigné une mission de couverture au bar Chez Nénesse, car, c’est bien connu, la première chose que fond les pirates quand ils arrivent à terre, c’est d’aller au bar. Pourquoi une mission à terre? L’évènement déclencheur avait été la demande du commodore, survenue quelques semaines plus tôt, de faire appliquer du granit marin sur son épée familiale, en plus d’une commande particulière qui lui avait grillé ses économies. Se retrouvant donc momentanément sans armes, il avait préféré guetter le pirate à terre, si possible au bar, parsque dehors, et ben il faisait trop chaud. En plein milieu de l’été (nom de la ville) était sujette à une canicule capable de dessécher un coyote, et, bien que Sora en ai rarement vu, il comprenait le concept. Lorsqu’il était entré avec l’air avenant de ceux qui sont avisés, et commandé les deux bonnes bouteilles de saké obligatoires à tout marine en manque qui se respecte, personne ne s’était retourné sur son passage, et ceci à l’explication claire que personne n’était présent dans la pièce à part lui et le barman, Nénesse, donc. Lorsque les premiers clients étaient arrivé, Sora s’était mis à boire. En réalité, étant un mission, il ne devait pas consommer de l’alcool, mais un mec qui commande deux bouteilles de saké à consommer sur place et qui se contente de tester ses capacités d’hypnotiseur sur celles-ci étant aisément remarqué, et dans une pure envie de bien mener sa mission, il s’était mis à boire depuis les dix premières minutes.


Il en était à présent à sa troisième bouteille et avait l’impression diffuse d’être au bord du vide, pas totalement cuit, mais presque, n’attendant que quelques gouttes supplémentaires pour vaciller, puis carrément tomber dans le gouffre de l’alcool, qui lui ferait voir double, penser des choses amusantes, puis, finalement, si il ne parvenait pas à se réveiller, entraînerait un sommeil aussi brutal que soudain, peuplé d’images aux couleurs vives, d’éléphants roses et de champs de fleurs. Le Commodore n’avait rien contre les champs de fleurs, ni contre les éléphants roses, sauf quand il l’écrasaient, comme le lendemain de la soirée très arrosée qu’il avait faite en pleine tempête à bord du bateau… Mais on s’égare. Presque cuit, donc, il fit une pause pour tenter de soulager son foie et ferma les yeux comme un alcoolique en phase terminale, ou en phase sieste, il savait que Nénesse ne le réveillerait pas, car la journée serait encore longue et qu’il y avait des chances pour qu’il se relève et recommande. Grâce à ses Yeux Divins, son fruit donc, il pouvait néanmoins voir de manière à peu près normale, à travers ses paupières. (N’essayez pas sa chez vous les enfants, je viens de vous dire qu’il n’y a que lui qui y arrive !). Sora continua à surveiller l’entrée, tout en faisant semblant de dormir. Soudain, cinq bonhommes passablement sales, avec un maintient nul et une très mauvaise haleine (Sora la sentait d’ici), pirates, donc, entrèrent bruyamment. Tout aussi bruyamment, ils commandèrent force nourriture et alcool à Nénesse, pour qui un pirate vaut bien un marine, tant qu’il paye son ardoise et ne casse pas les nouveaux meubles en acajou massif Tekel et fils qui remplissaient la salle.


Sora les laissa s’asseoir, et regarda ailleurs, mais, les pirates ne voulant visiblement pas sortir avant un moment, il devait donc intervenir. Il prit sa coupelle et la porta à ses lèvres, dégusta l’alcool chaud qui remplissait son gosier, sans quitter de ses yeux surpuissants le groupe de pirates qui avaient maintenant prit une table et s’étaient assis sur les bancs trois d’un coté et deux de l’autre. Sentant le rouge lui monter au joues et le monde se brouiller légèrement, Sora su qu’il était bourré. Il procéda néanmoins à un dernier test en regardant la bouteille que le barman posait justement sur la table des pirates. Il y en avait deux, parfait, maintenant il voyait double. Le sabreur était parfaitement capable de palier à ce défaut de vision en utilisant son fruit, mais décida que c’était plus fun ainsi. Ses sabres étant (comme indiqué plus haut, lisez, un peu, quoi !) en ce moment sûrement à Marie Joa pour se faire recouvrir de granit marin, il était dans l’incapacité de les utiliser ici. Il se leva et, avec la démarche inégale attestant du niveau d’alcool ingurgité, se dirigea vers la table des pirates et s’y posa lourdement du coté des trois gaillards entre deux d’entre eux. Subitement, les cinq se retournèrent, prêts à envoyer jeter cet espèce d’alcoolique patenté, qui commençait à présent à attaquer leurs brochettes de viande avec un appétit féroce.


-« hummm ! c’est bon, ça ! c’est sympa de faire profiter les copains, les mecs ! »


Le tout était accompagné de mimiques appréciatrices et d’une disparition chronique de toute nourriture passant à porté de notre ami. Nénesse, autant par envie de protéger ses meubles en acajou massifs Tekels et fils à 50.000 Berrys pièce, que par intérêt de sauver la vie de l’ivrogne, un client mort étant, de visu, un mauvais client, se précipita sur ce dernier, pour lui dire de dégager. Cependant, un barmen comme Nénesse à, lui aussi, un œil avisé, étant occupé jusqu'à présent, il n’avait pas identifié tout de suite Sora, mais comme ce n’était pas sa première excursion dans son bar, ni la dernière, d’ailleurs, il finit par mettre un nom à ce visage légèrement empourpré. Sora Shizen ! Le commodore responsable de trente cinq factures pour dommages collatéraux dans son auberge (payées à moitié, mais dont le gouvernement commençait à rechignait depuis quelques temps à couvrir les dépenses) ! L’infortuné barman exécuta donc une séries de gestes à l’attention de Sora pour lui demander de combattre dehors s’il lui plaisait, pitié, tandis que la plupart des clients encore en état de voir venir la bagarre s’empressaient de payer leurs consommations avant d’aller voir dehors si la pâquerette était éclose à tout hasard. Sora pensa alors distraitement que les pâquerettes n’existaient pas sur l’île, et faisait tout aussi distraitement semblant de ne pas voir les signes désespérés de Nénesse. Il approcha ses baguettes d’un autre met succulent à l’odeur lorsque le pirate le plus proche de lui sur la droite réagit enfin.


Cette réaction prit la forme d’un couteau grossier avec un manche de bois planté violemment et sans élégance aucune, pensa Sora, dans le morceau de viande même que convoitait ce dernier. Les hostilités étant commencées en bonne et dues formes, Sora attendit tout de même que Nénesse se jette sous une table proche avant de répondre aux insultes des pirates qui glissaient tellement sur lui qu’on ne prendra même pas la peine de les retranscrire ici-présent. Toujours souriant, il fit tournoyer ses baguettes dans sa main, pour ensuite les planter toutes les deux, une dans la table, l’autre dans la main même qui tenait le poignard. La raison à cela était claire, Sora voyant double, il ne savait pas laquelle des deux mains était la bonne. Le pirate lâcha le couteau, qui resta fiché dans la table, et partit se tordre de douleur au sol, pendant que sora assénait un violent coup de coude à ses deux voisins de droite, alors qu’il n’y en avait qu’un, lui faisant rentrer son os nasal dans le front, touchant par là-même le cerveau et le tuant sur le coup. Les pirates se levèrent, mais leur vitesse laissait vraiment à désirer, pensa de nouveau Sora. Ce dernier se leva à leur suite, et donna un grand coup de pied de haut en bas dans l’extrémité du banc la plus proche de lui, expédiant par ce geste simple l’autre extrémité dans la mâchoire des deux bonhommes à l’autre bout. Bien entendu, Sora voyait toujours double, mais fit mouche : le monsieur à la moustache fournie avait à peine sortit son sabre qu’il reçut un violent coup de banc en acajou massif Tekels et fils à 50.000 Berrys dans la mâchoire, vit trente-six chandelle, puis le même banc lui fut carrément jeté dessus par un deuxième coup de pied, ce qui écrasa ce pauvre homme sur le bar. Nénesse, pendant se temps là, rédigeait un facture sous la table à droite, en y ajoutant un banc à 50.000 Berrys, et cinq bouteilles à 900 Berrys l’unité en pleurant doucement.


-« Bordel, mais t’est qui, toi, connard ?! »

Ainsi cria le barbu le plus trapu de tous, vraisemblablement le capitaine, bien que son équipage soit plutôt réduit à une poignée de fouille-poubelle malodorant. Sora soupira, tant de vulgarité… Son adversaire n’était qu’un pauvre bougre qui n’était entré dans l’auberge que pour y mourir, et Sora se demandait seulement comment il avait fait pour passer le cap des jumeaux. Il avait eu une chance terrible d’être encore en vie. Mais sa chance venait de tourner en la personne de Sora, pour qui un bon pirate est un pirate mort, ou mourrant, à la limite. Ces quelques pensées l’avaient distrait un instant, et le deuxième pirate encore en vie en avait profité pour lui appliquer une nouvelle méthode pour guérir les mal de têtes. Le canon de son revolver, plutôt de mauvaise facture, d’ailleurs était à présent à quelque centimètres de son front. Sora n’était pas inquiet. Le pirate s’exprima alors avec un fort accent du nord, du genre à ne pas arriver à prononcer « tirelitirelapompomtralala », même sous la torture. Affichant à présent un air méprisant et sûr de lui qu’a tout homme pensant avoir la situation en main, alors que s’était son adversaire qui l’avait dans les deux mains, il illustrait parfaitement le crétin de base qui allait se faire tuer par un adversaire cent fois plus fort que lui, sans avoir le temps de cligner des cils.

-« Sorry, mais my revolver va kill toi! »

* clik *

-"ho. very desagreable..."

Et voilà, poudre mouillée, mauvaise fabrication, Sora aurait tout donné pour pouvoir revoir, ne serais-ce qu’un instant la tête de cet homme, hilarante à souhait. Il savait depuis l’entrée du pirate dans le bar, que son pistolet était défectueux, grâce à ses yeux divins, mais, en prévision de ce moment, n’y avait prit garde. Par simple respect de l’honneur de cet homme, si tant est qu’il en avait, Sora attrapa son adversaire par le bras même qui tenait le flingue, et, d’un Ippon Sehoï puissant, lui fit traverser la vitrine dans un fracas épouvantable aux oreilles de Nénesse, rajoutant une vitre à 70.000 Berrys sur la note. Ne restait à présent que le chef, qui alla chercher quelque chose dans son dos, comme un arme. Effectivement, c’était une arme, la grosse hache qu’avait vu Sora lorsqu’il était entré. La capitaine arbora un rictus témoignant, non seulement de sa mauvaise, voir inexistante utilisation du dentifrice, comme de sa débilité profonde. Lorsque tout tes hommes se sont fait massacrés en quelques secondes, tu ne sort pas ta hache en exposant à la vue de tous ta collection de trous et de caries, abruti ! tels étaient texto les pensées de Sora en ce moment crucial. Soucieux de préservé son style, malgré tout, il répondit à sa question d’une voix paisible, son éternel sourire signifiant maintenant une jouissance pure que lui procurait le combat :


-« Je suis celui qui va désengorger les égouts de l’humanité ! »

La réplique était éculée, mais gardait toujours un charme certain. Subitement affolé pour une obscure raison, le bandit cria qu’il se nommait nekomaru à la grosse hache, ou un nom approchant, mais Sora décida mentalement de l’appeler arbitrairement GrosCon. Ce dernier, donc, frappa de toutes ses forces vers Sora, par un puissant coup de haut en bas. L’axe suivit par le pied de Sora, fut le même, à ceci prés qu’il visait la table. Cette dernière se leva, basculant vers lui. Nénesse fondit en larmes lorsqu’il entendit le bruit du bois brisé par le fer, ce même bois que Sora avait utilisé, non seulement comme bouclier, mais aussi et surtout pour récupérer le poignard grossier toujours planté dedans. Avec une certaine dextérité, et une tout aussi certaine rapidité, il retira prestement la lame du bois lustré, de bonne qualité, pensa-t’ il. Tandis que les débris de la table tombaient à même le sol, Sora planta son regard dans celui de son adversaire. Ce dernier brandit bien haut sa hache, criant comme un sanglier en rut, et dégageant la même odeur par ses aisselles. Soudain, il sentit un léger choc dans la poitrine, et s’aperçu que son adversaire avait soudainement disparut, et se trouvait maintenant très proche de lui, trop proche à son goût, comme à celui de Sora, Le capitaine puait vraiment des aisselles. Le détail gênant était que Sora avait la main posée sur le poignard qui s’enfonçait jusqu'à la garde dans le cœur de son adversaire. Ce dernier lâcha un dernier souffle avant de partir vers les rivages blancs, l’enfer, ou le walhala, ou les trois à la fois, sa dépend de votre religion. Laissant négligemment le poignard dans sa position actuelle, Sora prit son escargophone de poche et alerta le Q.G.

-« Allô ? Allô ? ici le commodore shizen, cinq corps à l’auberge de Chez Nénesse, deux morts, un assommé, un planté au milieu de bout de verre et un qui crie comme un goret. »

il finit ainsi son appel, n’ayant pas envie de finir la conversation. Sortit de l’auberge, laissant sur place l’argent pour ses consommations et un Nénesse désespéré par le résultat de la journée. Un commis, innocent, comme le témoignait ses taches de rousseur, arriva alors en portant un paquet assez volumineux et le tendis à Sora après avoir vérifié son identité. Ce dernier le déballa et y retrouva sa commande sous les yeux ébahis du commis. Il s’agissait d’un paquetage qui liait une bonne cinquantaine de fourreaux ensembles avec les sabres à l’intérieur, le tout pouvant s’attacher au dos par de longes bandes de tissu jaune assez solide. Sora, emporta ses sabres, et, poursuivit par un aubergiste cardiaque, s’enfuit en direction du port

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensai Zenshi
Pirate Légendaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Suffisamment proche...
Fruits du Démon : Hie Hie no mie
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille de personnage
Expérience:
0/100  (0/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Dim 3 Mai - 21:36

Bienvenue parmi nous ! ^^ Encore un Marine, les troupes ennemies se renforcent !

Alors... tout d'abord, très bonne présentation. Un style très soft et agréable à lire, pas beaucoup e fautes d'orthographe, c'est très appliqué, et tu insuffle à tes rps une véritable image. Je veux dire par là que tu permets aux lecteurs d'imaginer les scènes, de se représenter celles-ci, et rend vivant d'une certaine façon tes récits.

J'ai vraiment beaucoup apprécié ton style, et c'est pour cela que d'une part, je t'accorde ton fruit qui sera niveau 5, ainsi qu'un grade de Vice-Amiral !

_________________
.
~ Mes pas s'orientent perpétuellement vers l'avant... reculer signifie disparaître ! ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Roxas
Pirate Légendaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Age : 23
Fruits du Démon : Inconnu
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Expérience:
0/100  (0/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Dim 3 Mai - 21:40

Comme tu es Vice-Amiral tu as dois à un fruit de niveau 7.
Alors nous te laissons décider si tu choisi ton fruit, qui je le rappel est niveau 5, ou tu décide un autre fruit de niveau 7 maximum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onepiece-quest.forumactif.com
Xino J. Shinichi
Pirate Légendaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 49
Age : 26
Localisation : Derrière toi: BOUH!
Fruits du Démon : Kaze kaze no mie
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Expérience:
50/100  (50/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Lun 4 Mai - 21:53

Bon, en attendant les droits d'admin qui devraient pas tarder à venir, je me permet de poster ici (en plus ce mec c'est un pote Razz ) .

Bref, mon vieux Sora, une prez toujours aussi agréable à l'œil, rendant la lecture aisée. Le style est fluide, et tout ce que je pourrais dire ne serais que redondance de ce qu'on t'a déjà dit par le passé.



Je voulais surtout ici préciser un détail, ton fruit. Bref, il t'est accordé par mes collègues, et ce légitimement. Et d'après ce que tu m'as dit en cours, tu souhaite donc le garder. D'ailleurs, sans ce fruit, ton personnage serait aveugle...

Bref, je ne fais qu'appuyer les dires de mes collègues en te validant à mon tour.

Le cas de ton fruit est réglé je pense.


A+ sur les mers l'aveugle Razz !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensai Zenshi
Pirate Légendaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Suffisamment proche...
Fruits du Démon : Hie Hie no mie
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille de personnage
Expérience:
0/100  (0/100)
Niveau: 1

MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   Lun 4 Mai - 22:03

Bon je valide donc avec ce fruit Sora ^^

Bonne chance pour la suite Wink

_________________
.
~ Mes pas s'orientent perpétuellement vers l'avant... reculer signifie disparaître ! ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant et fouteur de merde [terminée]
» petit inventaire des techniques de Sora Shizen
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Quest :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: