One Piece Quest

Le meilleur forum RPG One Piece
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jenaiz De Bellum

Aller en bas 
AuteurMessage
Jenaiz De Bellum

avatar

Masculin Nombre de messages : 2
Age : 27
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Jenaiz De Bellum   Sam 2 Mai - 23:11

Nom et Prénom : De Bellum Jenaiz

Age : 19 ans

Race : Humain

Occupation : Pirate

Alignement : Egoiste, neutre...

Description Physique : Les yeux de Jenaiz sont sans aucun doute le trait le plus caractéristique de son visage. D'un éclat jaune-vert, ceux-ci rayonnent tels des soleils, offrant à ceux qui croisent son regard un aperçu de l'état d'esprit du jeune homme. On partage sa rage, sa joie ou son anxiété en croisant son regard à condition que l'on y prête un tant soit peu attention, chose relativement facile tant l'expressivité de ses pupilles est agréable à observer. Pour continuer à décrire Jenaiz, l'on peut parler de sa chevelure sombre: celle-ci arbore une coupe de cheveux difficilement imitable bien que totalement hasardeuse, en effet, le jeune forban eut tôt fait dans sa vie d'abandonner sa lutte contre sa fougueuse tignasse qui se refuse à toute forme de modification humaine. Les seules choses pouvant un tant soit peu affecter l'ordre capillaire du crâne de Jenaiz se trouvant être la pluie et les ouragans, il est aisément reconaissable de par celui-ci. La bouche de Jenaiz est fine, s'étirant de manière rectiligne et tendant à lui donner un air calme en toute circonstance, chose peu vraisemblable tant le jeune homme à tendance à bouilloner intérieurement et à se laisser aller à sa passion. Pour le reste de son visage, l'on peut facilement finir cette partie de description en affirmant que la peau du jeune est pâle, que son nez est discret et esthétique et que ses oreilles partagent cette agréable discrétion...
La taille du jeune homme n'est guère impressionante, il se situe légèrement au-dessus de la moyenne de ses concitoyens en taille. Niveau poids, on peut déduire aisément que le sien doit être relativement faible car bien qu'il choisisse souvent des vêtements amples, on distingue une certaine finesse dans sa carrure malgré une élégante musculature que l'on ne peut distinguer que lorsqu'il se montre torse nu. Lorsqu'on le voit dans un tel appareil, on remarque alors ses épaules plus larges qu'on ne l'aurait soupçonné en le voyant habillé, on s'intéresse à son torse comme sculpté par un obscur artisan des temps passé et par ses bras, dont l'on observe la dureté des muscles nettement lorsque ceux-ci sont actifs.
Niveau vestimentaire, Jenaiz possède une tendance à changer de vêtements lorsqu'il change d'île, arborant donc souvent des attributs lui permettant de mieux s'adapter au climat auquel il fait face. Malgré tout, de par ses choix, on peut en déduire plusieurs tendances dans son goût vestimentaire: le jeune homme apprécie les vêtements amples, on ignore malgré tout s'il tend à posséder de tels affaires pour cacher son corps ou pour une autre raison plus obscure. Pour parler ensuite des couleurs qu'il tend à porter, on peut commencer par affirmer qu'il apprécient les diverses teintes qui séparent l'immaculé blanc de l'obscure couleur de la nuit, ayant donc tendance à porter de nombreuses tenues dans lesquelles il joue avec les niveaux de gris, Jenaiz apprécie également, de par le fait qu'il eut l'air trop sinistre aussi incolore, les teintes claires tel que l'azur ou le jaune. A noter, pour finir, qu'il porte aussi souvent que possible des ceintures, celles-ci lui permettant de stocker les objets l'intéressants ainsi que certaines de ses possessions qu'il désire garder sur lui.
Pour finalement parler des attitudes courrantes de Jenaiz, on peut d'abord parler de ce qui est le plus flagrant dans ses postures: il n'aime pas rester debout tel un arbre. Lorsqu'il n'a pas à bouger, le jeune forban a immédiatement tendance à s'asseoir, se coucher ou s'adosser à un mur. Comme s'il ne parvenait à garder l'équillibre plus de quelques minutes debout, ce qui pourtant n'est pas le cas. On peut ensuite dire qu'il a tendance à laisser facilement traîner son regard sur les panoramas ou sur des choses qui plaisent à sa tendance rêveuse. On peut donc facilement voir partir son regard au loin lorsqu'on lui parle. Hormis ces quelques traits flagrants, le reste de son comportement fais plus penser à des habitudes peu sensées. Pour en citer un exemple, le jeune homme n'apprécie guère de manger et parler simultanément, préférant se remplir la panse à l'écart du reste du monde, chose tout de même peu courrante qui l'empêche, par exemple, d'aller prendre du plaisir à se rendre ivre avec d'autres forbans. Il est impossible de détailler toutes ses habitudes semblables et l'on se contentera de dire que ce portrait est non-exhaustif. On peut tout de même achever cette description par préciser que le jeune homme est gaucher...

Description Psychologique : Pour commencer, on peut affirmer que la plus importante part de l'esprit de Jenaiz est celle occupée par la rêverie. Il est d'un caractère assez imaginatif et encore compréhensif, c'est là sa faiblesse mortelle d'ailleurs: il peine à ne pas compatir au sort de ses adversaires et n'arrive pas à tuer une personne à qui il a parlé à moins que celle-ci ne parvienne à le mettre dans un état de rage folle. Etant pirate, cela pourrait lui valoir une bonne dose de mépris, mais, heureusement, il échappe à celle-ci de par ses talents de bretteurs et son éloquence qui lui permet souvent d'échapper aux railleries informes d'ivrognes à peine désaoulés. On peut donc dire qu'on se trouve en présence de quelqu'un d'assez doux dans la globalité de son comportement car, même s'il n'hésite pas à faire usage de violence pour atteindre ses objectifs tant il sait celle-ci indisociable de la société humaine, il privilégiera les blessures aux coups létaux et la perte de conscience à la mort...
On peut également dire que Jenaiz est quelqu'un qui tente d'être calme. Il tente tant bien que mal de se montrer imperturbable et d'une patience à toute épreuve, tout du moins tente-t-il de s'en donner l'air. En effet, au fond de lui, Jenaiz ne peut s'empêcher d'envoyer ses pensées dans tous les sens, la rêverie n'était qu'une sortie de secours à ce flipper monumental qu'est son esprit, à l'intérieur duquel il réfléchit constamment et de manière chaotique lorsque la situation n'exige pas de lui une réfléxion centrée. Il analyse très facilement un grand nombre de données, et ce, très rapidement. On peut donc dire que son esprit est aiguisé comme une lame de rasoir malgré le fait que sa conscience ait tendance à dériver vers des horizons lointains, abstraits ou totalement futiles. Le fait qu'il tente d'être calme depuis de nombreuses années semble tout de même avoir eu un minimum d'impact, car il arrive, lorsqu'une sérieuse motivation ou une grande émotion l'habite, à penser de manière calme, lente et posée...
A noter ensuite une grande tendance qui s'est énormement attenuée au fil de sa vie bien qu'elle fusse toujours présente, le jeune Jenaiz est atteint d'une certaine tendance à l'agoraphobie. Il n'aime pas être entouré par la foule, ce qui, lorsqu'il était petit, se révélait plus de la peur est devenu, heureusement, au fil des années, une sensation de mal être, une sorte d'énervement prolongé. Le jeune homme n'apprécie jamais de se retrouver dans une cohorte d'inconnus ou un grand groupe de gens qu'il ne connait qu'à moitié. Il méprise au plus haut point l'instinct grégaire de l'homme, qui est, selon lui, la plus grande preuve que la plupart des gens sont d'une rare stupidité. Il aura donc tendance à fuir les rues très fréquentées ou les fêtes, malgré le fait qu'il apprécie encore la compagnie d'êtres humains. En quelque sorte, il est parfois assez associal de part ce trait psychologique...
On peux ensuite dire que Jenaiz est assez souvent mal à l'aise avec tout être féminin. Par contre, le jeune homme communique facilement avec les enfants, chose surprenante pour quelqu'un qui a tendance à vivre seul. Il ressent une certaine nostalgie par rapport à cette période de la vie où l'être humain ne se pose pas tant de question, bien que lui ait très rapidement quitté cette période. Il aime beaucoup les animaux, chose ayant tendance à souligner son côté associal. Il apprécie particulièrement les oiseaux et ceux-ci le lui rendent bien, se posant parfois sur lui lorsqu'il reste immobile quelque part. Pour finir de parler de ses relations avec les autres, on peut dire que Jenaiz a un grand respect pour ceux qui viennent calmement lui exposer leurs arguments, écoutant toujours les plaidoiries jusqu'au bout même si celles-ci sont illogiques, pourtant, si quelqu'un vient avec la ferme idée que sa vérité est immuable et doit être appliquée à tous, le fanatisme d'un tel être met facilement le jeune homme dans un état de colère avancé. Il a également l'idée fortement ancrée que la justice n'existe pas réelement et est purement utopique, et aura donc peu tendance à être choqué de la misère humaine...

Fruit du démon : Oui [Doa Doa si possible]

Technique de combat : Jenaiz fait usage d'un style hybride de son invention, mélange de combat rapproché et à moyenne distance, du nom de Chronique. Le Chronique étant un mélange d'un style militaire du nom de Gespenst, technique de corps à corps faisant usage d'une dague, et du style Claireciel, technique utilisée par la Noblesse se pratiquant à l'épée moyenne ou longue, il est donc difficile d'anticiper les coups du forban...

Arme(s) : Une épée en alliage très résistant dont la lame est azurée et la garde indigo nommée Utopia
Une dague dont la lame est rousse et la garde cramoisi et or nommée Anachronos...

Inventaire : Une montre à gousset dorée, un sablier en bois sombre comptant par heure, ses armes, une gourde en cuir remplie d'eau relativement pure, une carte et un compas...

Citation :
*Le rouge que je vois est-il le même que celui que tu te représentes?*

Rêve/But: Trouver la Vérité en ce monde / Profiter de chaque seconde...

Histoire : -Post Suivant-

Post Rp Test : -Post Suivant-



Dernière édition par Jenaiz De Bellum le Lun 4 Mai - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenaiz De Bellum

avatar

Masculin Nombre de messages : 2
Age : 27
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Jenaiz De Bellum   Dim 3 Mai - 22:52

Histoire : Jenaiz est né sur une île méconnue du nom de Chrono Island, quelque part perdue sur Grand Line. Son père était un modeste bibliothéquaire et sa mère s'occupait de lui comme elle le pouvait. Le jeune garçon eut la chance, à l'instant de sa naissance, de se retrouver dans une famille aimante et attentionée. Ses deux parents comprenant à son bonheur, Jenaiz vécut les trois premières années de sa vie dans un cadre extrêmement confortable, puis il eut une petite soeur et continuat à vivre dans ce monde heureux qu'il pouvait considérer comme le sien. Il vécut donc jusqu'à ses sept ans sans qu'aucune chose de terrible ne lui arrive, sans qu'à un seul instant il ne remette en cause l'utilité de la vie ou l'existence de la joie tant il vivait celle-ci au quotidien. Pourtant, à son septième anniversaire, il reçu à son tour la marque qu'imposait Chrono Island sur chacun de ses habitants, le sceau qui apportat la tristesse à Jenaiz: une montre à gousset dorée, la même qu'avait reçue chaque habitant de l'île, la même dans son fonctionnement, la même dans son apparence, la terrible et fatidique Life Clock...
La Life Clock, Jenaiz n'eut d'abord aucune idée de sa fonction, de sa signification, de la définition que l'on aurait donné à cet objet dans un dictionnaire, pourtant, le dernier jour de l'année, il fut reçu, avec tous les autres enfants ayant reçus leur Life Clock, par le chef du village, l'étrange John Dayzer. Celui-ci expliqua au cours d'un discours très sommaire l'effroyable utilité de cet objet, la malédiction des habitants de Chrono Island, l'intérêt de la Life Clock. Lors de son discours, la chose ayant le plus choqué Jenaiz fut sans doute le fait que Dayzer parut s'ennuyer en leur parlant de la fatalité. Chaque natif de Chrono devait garder sa Life Clock secrète, seul son propriétaire avait droit à la consulter, sur la Life Clock, le temps qu'il restait à chacun à vivre. Lorsque l'on observait sa montre, on pouvait comprendre combien de temps il nous restait avant de rendre l'âme, on pouvait y voir sa propre vie chronométrée...
Comme tous les enfants ayant assisté au discours de Dayzer, Jenaiz rentra chez lui avec en son âme un trouble, une tristesse et une peur sans précédent. Il lui était si difficile de s'imaginer mourir, pourtant, tout le monde acquiescait aux dires du chef, il ne pouvait en être autrement semblait-il. Comme tout enfant, la première chose qu'eut fait ensuite le jeune homme fut d'ouvrir sa montre et de constater lui même que les secondes s'égrenaient si vite et qu'elles étaient si peu nombreuses. Pleurant toutes les larmes de son corps, le jeune homme passa plusieurs jours cloitrés dans sa chambre à se demander quelle fut la meilleure manière de se préparer à cotoyer la mort. L'échéance était longue, mais, la connaissant, elle devenait soudainement si proche et si préoccupante. Cherchant donc une échapatoire à sa crainte, il se mit à étudier. Bien évidemment, il dut d'abord s'attaquer aux études de base, comme tout enfant de son âge, mais il se mit si farouchement à la tâche qu'il eut achevé la lecture d'un nombre d'ouvrages plus impressionant que ce que de nombreux morts ont pu lire de leur vie alors qu'il n'avait que dix ans. Lorsqu'il eut finit ces études de bases, il se mit à chercher dans les deux uniques domaines dans lesquels il eut penser pouvoir s'affranchir de la peur de la mort: la philosophie et la religion...
Malgré tout, alors qu'il commençait l'étude de ces domaines, surveillant toujours son chronomètre personel, espérant arriver à profiter des ces derniers instants une fois affranchis de la peur, il fut rappelé à l'urgence de sa tâche par un autre événement: sa soeur reçu également sa Life Clock. Bien qu'ignorant encore l'utilité de celle-ci, elle serait bien trop vite au courrant, il fallait à Jenaiz trouver les mots qu'il pourrait lui dire, il désirait si ardemment trouver une manière de lui expliquer ce dont lui même n'arrivait pas à trouver la signification: l'intérêt de cette vie que l'on pouvait mesurer en minutes...
Devant l'urgence de sa mission, il se tourna en premier lieu vers ce qu'il considérat ensuite comme la plus grande erreur de sa vie: la théologie. Il s'était mis à chercher parmi tous les dieux existants dans le monde, lequel pouvait être crédible à ses yeux, lequel pouvait le sauver de la fin, du gouffre et de l'abysse. Il chercha donc, empilant les nuits blanches durant des mois à avaler page par page, chapitre par chapitre, tome par tome, le contenu religieux de la majeure partie du monde connu. Comparant les entités divines, il repéra de très nombreux points communs entre ces entités si bien qu'il peinait à penser que de pareils stéréotypes puissent être véridiques. Il commença également à douter en analysant des textes citant des hommes comme supérieurs à d'autres, des écrits parlant d'une origine lunaire de l'homme le firent lentement rire, et tous ce qu'il avait entre les mains finissait rapidement par lui donner cette sensation d'hilarité. Bientôt, arriva le jour où sa soeur eut également la tristesse d'apprendre sa date d'expiration et une vague de mélancolie saisit alors Jenaiz. Lorsque la jeune fille rentra à la maison, son grand-frère tenta de trouver les mots, mais rien ne sortit de sa bouche. Il brûla ensuite tous les textes sacrés qu'il avait eut entre les mains par dépit, puis il se mit, sans trop de convictions, à étudier les courants philosophiques...
Bien évidemment, ses ouvrages ne l'aidaient guère plus que ceux religieux, mais il prenait un certain plaisir à les parcourir, à son grand étonnement. Déchiffrer les avis d'ancêtres persuadés que leur mode de pensée et leur raisonnement seraient forcément le meilleur à leur point de vue, c'était quelque chose qui étonnait à la fois Jenaiz de par l'orgueuil de ceux qui avaient écrits de tels ouvrages et également de par l'envie qu'il avait de découvrir plus de pensées, plus de manières de réfléchir. Lorsqu'il parcourait ces lignes, il suivait en quelque sorte le sinueux chemin d'une âme vers sa propre vérité, en fait, au fur et à mesure qu'il prenait conscience des avis des autres, il se forgeait le sien propre sur la vie. Malgré tout, la peur de la mort continuait d'hanter ces nuits, il faisait tout de même un effort pour dormir car ces années de lectures acharnées avaient finis par lui offrir un but, un objectif: il voulait laisser une trace et il n'avait guère trouvé mieux à faire pour cela que d'écrire soi-même son avis sur les choses...
Toujours triste et sans avenir, Jenaiz avait tout de même trouvé un but et supportait donc un peu mieux sa propre destinée, malgré tout, un événement finit par tracer une trajectoire totalement imprévue à sa vie...

Post rp : -Prochain Post-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jenaiz De Bellum
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de Wanted / Renom / Honneur Xino & Jenaiz
» Si Vis Pacem, Para Bellum
» Civi Pacem, para Bellum/ Lucius Hostilius
» si vis pacem, para bellum (hestia)
» rpg :: bellum patronum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Quest :: Présentations :: Nouvelles présentations-
Sauter vers: